Saint Dizier l'Evêque
Saint Dizier l'Evêque

Bornage de la frontière et des anciennes limites

Les limites de la commune sont remarquables par leur bornage le long de la frontière suisse et le long des anciens domaines des héritiers du cardinal Mazarin et de l’ancienne principauté wurtembergeoise de Montbéliard.

Les bornes de la frontière franco-suisse portent deux dates : 1783, correspondant à l’accord de 1780 entre le Roi de France et le Prince-Evêque de Bâle, qui avait fixé la frontière franco-bâloise à cet emplacement et qui a été reprise au même endroit en 1817 à la suite du Congrès de Vienne de 1815. En effet, une partie de la principauté de l’évêque de Bâle, qui était indépendante à cette époque de la Confédération helvétique, avait été annexée par la France en 1793 pour former deux arrondissements du département du Haut-Rhin, l'un avec comme chef-lieu Porrentruy et l'autre avec comme chef-lieu Delémont, mais en 1815 ces deux arrondissements "bâlois" furent donnés au canton suisse germanophone de Berne, pour devenir en partie, un siècle et demi plus tard, le canton francophone suisse du Jura, qui fait partie désormais de la "Suisse Romande".

Du côté français, les bornes portent encore une fleur de lys, emblème du Roi de France, et du côté suisse le blason du canton de Berne, mais il y a encore aujourd'hui, en limite avec le village suisse de Buix, une borne-frontière avec l'emblème du Prince-Evêque de Bâle.

Il n'y a aucune limite naturelle dans cette région entre la Suisse et la France : certaines bornes placées en plein champ coupent des propriétés privées...



Bornes de la frontière franco-suisse entre St-Dizier et Buix (Suisse).

 

Le long des limites des communes de Montbouton et de Beaucourt, à l’ouest de Saint-Dizier, une ligne de bornes porte toujours le blason de la famille du Cardinal de Mazarin, certaines avec la mention : "le duque de la Melleraye" (sic).

La désignation exacte de ce personnage était "Armand de la Porte, marquis de la Meilleraye", qui avait épousé l'une des nièces de Mazarin, Hortense Mancini. Il avait repris les armes et le titre de duc du Cardinal et avait été nommé gouverneur d’Alsace de 1661 à 1713. Il avait été "Grand-Maître de l'artillerie" de 1648 à 1669.

Bornes au blason de la famille du Cardinal de Mazarin.

 

En limite de Badevel, quelques bornes portent encore la date de 1543 et le blason des archiducs d’Autriche du côté de Saint-Dizier et de l’autre côté celui, simplifié, de la Principauté du Wurtemberg-Montbéliard, (devenue française en 1796 et qui l’est restée en 1815).

La religion protestante luthérienne qui était celle de la majorité des habitants du Wurtemberg est restée dominante dans cette ancienne principauté depuis 1538 (date de la suppression de la messe catholique dans les lieux de culte) : les villages proches de Saint-Dizier-l’Evêque comme Badevel, Dasle, Vandoncourt et Abbévillers n’ont pas d’église catholique mais un temple protestant luthérien. La région de Montbéliard est, en France, le siège de la seule église luthérienne de langue française depuis son origine. Dans les petites villes comme Audincourt, Valentigney, Hérimoncourt, qui ont un temple protestant depuis la "Réformation" au XVI° siècle, des églises catholiques ont été construites récemment (au XX°siècle pour la plupart) en raison de l'arrivée de nouveaux habitants avec l'expansion industrielle (usines créées par les familles Japy et Peugeot depuis la fin du XVIII° siècle).

En limite
de Badevel, St-Dizier et Fèche-l'Egise :

Ces bornes entre l'ancienne Principauté de Montbéliard et l'Alsace autrichienne en 1543
correspondent aujourd'hui à la limite entre le Doubs et le Territoire de Belfort.

Les blasons sont tous de forme "allemande" avec un côté échancré (à droite ou à gauche).
Les blasons de forme "française" du Roi de France, du cardinal de Mazarin et de ses
héritiers n'ont pas cette échancrure et leurs
deux côtés sont symétriques.

 cette borne, datée de 1543, porte sur le coté marqué "SD" (St-Dizier) les armes des Archiducs d'Autriche et sur le coté marqué "B" (Badevel), les armes simplifiées du "Würtemberg-Montbéliard".
 Sur la borne prismatique (à trois côtés) datée également de 1543 figurant plus haut, qui limite de nos jours Badevel (Doubs), Fèche-l'Eglise et Saint-Dizier-l'Evêque (Territoire de Belfort), les blasons ont été martelés et les armes ont été ainsi effacées sous la Révolution en 1796 lors du rattachement de la Principauté de Montbéliard à la France.
 Le village de Saint-Dizier, autrefois autrichien, appartenait à la France, à cette date, depuis près d'un siècle et demi (1648)

Armoiries

Archiducs d'Autriche

Forme allemande (avec une échancrure sur un coté): "de gueules à une fasce d'argent".

Ducs de Würtemberg

 

Forme allemande: "d'argent à trois cornes de cerf de sable en fasce".

Rois de France

 

 Forme française (les deux cotés symétriques): "d'azur à trois fleurs de lys d'or"

Cardinal de Mazarin"

 

d'azur au faisceau de licteur lié d'argent, la hache de même, à la fasce de gueules chargée de trois étoiles d'or".

Canton de Berne

 

"de gueules à la bande d'or chargée d'un ours passant de sable, lampassé de gueules".

NB : *gueules = rouge*   *azur = bleu*   *sable = noir*
       *argent = blanc*   *or = jaune*   *lampassé = avec une langue* -

 

 

 

Les couleurs du blason des Archiducs d’Autriche sont encore actuellement celles du drapeau national autrichien.
 - Le premier blason de l’ancienne principauté de Montbéliard comprenait, comme sur la borne ci-dessus, une seule ramure de cerf (provenant des armes du Würtemberg) et un "bar" (ou barbeau) poisson qui figurait à l'écu de Montbéliard. C’étaient les armoiries de la Comtesse Henriette de Montbéliard (1387-1444), qui avait épousé en 1407 Eberhardt de Würtemberg. Ce mariage fut à l'origine de la souveraineté würtembergeoise sur le "Pays de Montbéliard" pendant près de quatre siècles, de 1407 à 1796.
 - L’écu des rois de France à trois fleurs de lys figurait sur les bornes placées en 1783, avec l’étui de crosse des princes-évêques de Bâle sur l’autre face. Elles ont été martelées au moment de l’annexion de Porrentruy et de l’Ajoie par la France lors de la Révolution. En 1817, lors de la Restauration, une seule fleur de lys a été sculptée (au lieu de trois) du côté français et le blason du canton de Berne du côté suisse, en application des décisions du Congrès de Vienne en 1815, qui ont attribué à la Confédération helvétique les anciens domaines du Prince-Evêque de Bâle. Les bornes frontières récentes ne mentionnent plus que les initiales "RF" du côté français et "CH" du côté suisse de "l'Ajoie", région dont la plus grande partie s’est séparée du canton germanophone de Berne, après plusieurs années de revendications et manifestations au niveau politique, pour devenir depuis 1978 "la République et Canton du Jura" (francophone) dont la capitale est à Delémont.
 - Le blason du cardinal de Mazarin et de sa famille, souvent avec une couronne ducale, figure sur de nombreuses bornes en limite des communes de Beaucourt et de Montbouton. Le "faisceau de licteur" dans ce blason est un signe de pouvoir politique et administratif (Mazarin avait été le premier ministre du roi Louis XIV).

HORAIRE MAIRIE :

 

Mardi : 10h30 à 12h00

            18h00 à 19h00

Jeudi : 15h00 à 19h00

Cimetière:

Réorganisation des concessions en cours, renseignements en mairie

Horaires engins à moteur:

Lundi au vendredi

8h30/12h00 et 13h30/20h00

Samedi

9h00/12h00 et 14h00/19h00

Jours fériés (hors dimanche)

10h00/12h00

dimanche interdit!

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© mairie de Saint Dizier l'Evêque